Communiqué de press

Le 12 mai 2020

TORONTO (ONTARIO) -  L'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (« GTAA ») a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers et d'exploitation pour le premier trimestre, clos le 31 mars 2020. L'activité des passagers a diminué de 17,4 % au cours du premier trimestre de 2020 comparativement à 2019, en raison des défis mondiaux de l'industrie de l'aviation, notamment la pandémie de COVID-19.

« De sérieux défis sans précédent dans l'industrie de l'aviation ont surgi durant le premier trimestre de cette année en raison de la COVID-19. La forte réduction des déplacements aériens a eu d'importantes répercussions négatives sur nos activités à l'aéroport Pearson de Toronto, une situation appelée à persister pendant un certain temps, a déclaré Deborah Flint, présidente et chef de la direction de la GTAA. Tout en affrontant la tempête actuelle, nous concentrons nos énergies à soutenir la circulation essentielle des marchandises par l'augmentation de l'activité de fret. Nous nous tournons également vers l'avenir et collaborons avec nos partenaires pour étudier de nouveaux processus, de nouvelles solutions technologiques et de nouvelles améliorations de nos installations afin de nous assurer que l'aéroport Pearson de Toronto est en bonne posture pour offrir une expérience aéroportuaire encore meilleure. Nous travaillons avec nos partenaires des compagnies aériennes pour soutenir la reprise éventuelle et recommencer à transporter des passagers d'un endroit à l'autre dans notre grand pays et, éventuellement, à l'échelle de la planète. »

La pandémie de COVID-19 et la contraction économique qui en résulte ont eu, et continueront certainement d'avoir, un impact négatif sur la demande globale en matière de transport aérien. Toronto Pearson a connu une baisse importante du nombre de passagers et de l'activité aérienne en mars et avril 2020, comparativement aux mêmes périodes en 2019. Cette situation est attribuable aux avertissements et aux restrictions de déplacement par les gouvernements, aux annulations de vols et d'itinéraires et aux interdictions de vol imposées aux flottes par les transporteurs aériens en réponse à la pandémie, ainsi qu'à la contraction économique actuelle. La réduction des activités a des répercussions négatives importantes sur les activités de la GTAA et sur les résultats d'exploitation, y compris sur les revenus aéronautiques et commerciaux et sur les frais d'amélioration aéroportuaire. Outre les répercussions de la pandémie sur les revenus et les activités de la GTAA, les perturbations pourraient également toucher les chaînes d'approvisionnement, les fournisseurs de services tiers, ainsi que la main-d'œuvre à Toronto Pearson. La pandémie pourrait également avoir une incidence future sur le coût du capital, en raison de la perturbation des marchés du crédit, et faire en sorte que les cotes de crédit liées à la dette de la GTAA soient sous surveillance ou même déclassées. De nombreux intervenants et contreparties de la GTAA connaissent des difficultés financières, ce qui a entraîné des retards de paiement et des demandes d'allègement contractuel auprès de la GTAA et provoqué un arrêt temporaire ou permanent de leurs activités, nuisant par le fait même à nos revenus et à nos activités.

Au cours du premier trimestre de 2020, 9,6 millions de passagers ont transité par Toronto Pearson, ce qui représente une baisse de 2,1 millions de passagers comparativement à la même période en 2019. L'activité des passagers a connu une baisse de 1,4 million de passagers dans le secteur international, soit une diminution de 17,9 %, et de 700 000 passagers dans le secteur national, ce qui équivaut à une diminution de 16,2 %. Au cours du premier trimestre de 2020, les mouvements d'aéronefs ont chuté de 10,3 %, tandis que le nombre de sièges a diminué de 9,0 % comparativement à la même période en 2019, ce qui est cohérent avec la réduction du transport aérien à l'échelle mondiale.

La GTAA a enregistré un bénéfice net de 6,6 millions de dollars durant le premier trimestre de 2020, comparativement à 10,9 millions de dollars pour la même période en 2019. Cette diminution du revenu net est principalement attribuable à d'importantes réductions de revenus et à une augmentation de l'amortissement partiellement compensée par les économies de coûts qui découlent de l'exemption des loyers fonciers accordée par le gouvernement fédéral pour la période de mars à décembre 2020. En raison du plus faible volume de passagers et de la dette accrue, la GTAA a augmenté sa dette brute par passager transporté de 10,0 % et sa dette nette par passager transporté de 2,1 %, lesquelles sont passées à 285 $ et à 247 $ respectivement, par rapport à la même période en 2019.

Au cours du premier trimestre de 2020, la GTAA a déclaré un chiffre d'affaires total de 339,1 millions de dollars, soit une baisse de 23,3 millions de dollars par rapport à la période correspondante en 2019. La diminution du chiffre d'affaires est attribuable à la chute du volume de passagers ainsi qu'à la baisse des frais d'amélioration aéroportuaire et des revenus commerciaux qui s'en est suivie.

Au cours du premier trimestre de 2020, les dépenses totales comptabilisées de la GTAA ont atteint 332,5 millions de dollars, soit une baisse de 19,0 millions de dollars par rapport à la même période en 2019. La diminution des coûts était principalement attribuable à l'exemption des loyers fonciers accordée par le gouvernement du Canada pour la période de mars à décembre 2020 en réponse à la pandémie de COVID-19 et à ses répercussions sur l'industrie mondiale du transport aérien.

Les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement (« BAIIA ») se sont élevés à 154,8 millions de dollars au cours du premier trimestre de 2020, ce qui représente une augmentation de 0,1 % par rapport à la même période en 2019. Cela s'explique principalement par les économies de coûts qui découlent de l'exemption des loyers fonciers accordée par le gouvernement fédéral pour la période de mars à décembre 2020, contrebalancées par les pertes liées à l'importante baisse des revenus.

Compte tenu de l'évolution rapide de la situation, la direction continue d'analyser l'ampleur de l'impact financier, qui est et continuera d'être substantiel. Bien que la durée et la portée de la récente pandémie de coronavirus ne soient pas encore connues, la direction ne croit pas, toutefois, que la situation influencera la viabilité financière de l'aéroport à long terme. La GTAA entreprend actuellement un examen de son programme d'immobilisations et met en œuvre d'importantes réductions des dépenses de fonctionnement et d'immobilisations actuelles, en plus de continuer d'examiner les besoins futurs pour mieux s'adapter aux activités de transport aérien et aux besoins de trésorerie.

Le 26 mars 2020, la GTAA a puisé 480,0 millions de dollars en espèces de la facilité de crédit d'exploitation renouvelable (« facilité de crédit d'exploitation ») qui lui a été consentie pour se procurer une meilleure marge de manœuvre au vu de l'incidence continue de la pandémie de COVID-19 sur les revenus et les activités de la GTAA. L'excédent a été investi dans des instruments de placement à court terme très liquides, conformément à la politique de placement de la GTAA et à l'acte de fiducie principale. En date du 31 mars 2020, la GTAA disposait d'une encaisse non affectée de 460,3 millions de dollars et d'un crédit disponible de 875,0 millions de dollars au titre de sa facilité de crédit d'exploitation. La prochaine obligation nécessitant un refinancement viendra à échéance en septembre 2022.

En ce qui concerne la COVID-19 et son incidence sur la Société au deuxième trimestre de 2020, la direction travaille avec diligence pour tenter de protéger la sécurité des travailleurs et des passagers de l'aéroport et pour s'assurer que la GTAA appuie les parties prenantes de l'aéroport touchées par la pandémie. En avril 2020, le nombre de passagers qui ont transité par l'aéroport a diminué d'environ 98,0 % par rapport à la même période en 2019. De plus, la GTAA et le Conseil des aéroports du Canada collaborent activement avec tous les paliers de gouvernement pour discuter d'un soutien financier, mais aussi du rôle essentiel que joue Toronto Pearson dans la chaîne d'approvisionnement au Canada. Le 30 mars 2020, le gouvernement du Canada a annoncé qu'il exempterait de loyer foncier, de mars à décembre 2020, les administrations aéroportuaires canadiennes qui en paient un au gouvernement fédéral, afin d'aider le secteur du transport aérien à composer avec la COVID-19. Ce soutien contribuera à alléger la pression sur les coûts et à préserver les flux de trésorerie des aéroports. Le 30 avril 2020, la GTAA a reçu la confirmation de l'Agence du revenu du Canada (ARC) que la GTAA, en tant qu'administration aéroportuaire canadienne, serait admissible au programme de Subvention salariale d'urgence du Canada (« SSUC »), sous réserve de l'approbation finale de la demande de la GTAA par l'ARC. Le programme de SSUC accorde aux employeurs admissibles une subvention salariale correspondant à 75 % du salaire de leurs employés (jusqu'à concurrence de 847 $ par semaine, par employé) pour une période allant jusqu'à 12 semaines, et ce, rétroactivement à partir du 15 mars 2020.

Les résultats financiers de la GTAA pour le premier trimestre de 2020 sont analysés plus en détail dans les états financiers intérimaires consolidés condensés et dans le rapport de gestion de la GTAA établis pour la période qui s'est terminée le 31 mars 2020, accessibles au www.torontopearson.com/fr et sur SEDAR à l'adresse www.sedar.com.

Le présent communiqué de presse contient des informations prospectives au sens des lois en valeurs mobilières applicables. Par nature, les informations prospectives obligent la GTAA à formuler des hypothèses, sujettes à des risques et incertitudes qui leur sont inhérents. Ces énoncés tiennent compte des croyances actuelles de la direction de la GTAA et reposent sur des renseignements dont elle dispose actuellement. Il existe un risque que les prédictions, les prévisions, les conclusions et les projections qui constituent de l'information prospective ne s'avèrent pas exactes, que les hypothèses de la GTAA ne soient pas exactes et que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces renseignements prospectifs. D'autres précisions à propos de ces hypothèses, de ces risques et de ces incertitudes sont comprises dans les documents relatifs à la réglementation des valeurs mobilières déposés par la GTAA, y compris sa notice annuelle et son rapport de gestion les plus récents, qui peuvent être consultés sur SEDAR à l'adresse www.sedar.com.

La GTAA exploite l'Aéroport international Pearson de Toronto.

Ligne de la GTAA pour les médias : 416 776-3709 ; Twitter : @TorontoPearson

Partagez cette page