Chanson de vol

Au début des années 1990, il a entrepris méthodiquement de donner vie aux notes de Léonard de Vinci sur le vol. M. Coyle a créé une réplique de la machine volante de Léonard de Vinci en rassemblant des indices tirés des notes et des croquis incomplets du maître. La série d’œuvres d’art de collection qui en a résulté a valu à Robert Charles Coyle le surnom de « menuisier de de Vinci ». 

Pour transmettre l’« essence du vol » dans son œuvre Chanson de vol (2003) spécialement conçue pour Pearson, M. Coyle a installé une série d’avions en papier dans un « mouvement musical fondé sur une logique séquentielle qui s’intègre à l’aérogare et à sa lumière naturelle ». Selon les propres mots de l’artiste : « L’œuvre vise à refléter le mouvement des passagers ainsi qu’à communiquer ce sentiment d’envol qui est l’essence même de nos aspirations aériennes. »

Aérogare 1 – Vols intérieurs, Départs

Date : Depuis 2003
Matières : Feuille lexan à grenaillage, tige lexan, câble en acier inoxydable
Dimensions : 19 figures, chacune d’une longueur de 1,5 m

Partagez cette page