Communiqué de press

TORONTO, le 26 mars 2020 /CNW/ - L'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (« GTAA ») a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers et d'exploitation pour l'exercice financier clos le 31 décembre 2019.  L'activité des passagers a connu une croissance de 2,0 % au cours de l'année 2019 par rapport à 2018. Bien que la croissance globale ait été à la hausse en raison de l'augmentation du coefficient de remplissage des aéronefs, de la taille des aéronefs et des vols sur les routes existantes, la croissance modérée, comparativement aux dernières années, reflète les défis mondiaux auxquels a fait face l'industrie de l'aviation en 2019. L'Aéroport international Toronto Pearson (« Toronto Pearson ») demeure l'aéroport le plus achalandé au Canada et le deuxième plus achalandé en Amérique du Nord pour ce qui est du nombre de passagers internationaux.

« Toronto Pearson a atteint en 2019 des jalons positifs, a déclaré Deborah Flint, présidente et chef de la direction de l'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto. Récompensés pour la troisième fois par un prix pour la qualité des services aéroportuaires – celui du Meilleur grand aéroport en Amérique du Nord – et ayant accueilli un nombre record de 50 millions de passagers, les 50 000 travailleurs œuvrant à Toronto Pearson ont offert aux voyageurs une expérience aéroportuaire exceptionnelle qui profite à l'ensemble de la région. Toutefois, la deuxième moitié de l'année a apporté son lot de défis à l'ensemble du secteur de l'aviation. En réponse aux turbulences notoires causées, à l'échelle mondiale, par l'interdiction de vol des Boeing 737 MAX et par les perturbations engendrées par le nouveau coronavirus, nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour prendre soin de nos clients, nous adapter sur le plan opérationnel et assurer la viabilité financière de la GTAA et de ses économies connexes. »

En 2019, 50,5 millions de passagers ont transité par Toronto Pearson, ce qui représente une augmentation de 1,0 million de passagers par rapport à 2018.  L'activité des passagers a augmenté de 700 000 individus dans le secteur international, soit une croissance de 2,4 %, et de 300 000 passagers dans le secteur national, ce qui équivaut à une croissance de 1,4 %. En 2019, les mouvements d'aéronefs ont diminué de 4,2 %, tandis que le nombre de sièges a augmenté de 1,0 % par rapport à 2018, ce qui reflète la transition progressive des transporteurs aériens vers de plus gros aéronefs dans leur flotte respective.

La GTAA a enregistré un bénéfice net de 139,8 millions de dollars en 2019, par rapport à 113,7 millions de dollars en 2018 (le bénéfice net ajusté, en excluant les ajustements ponctuels, est de 139,8 millions de dollars en 2019, soit le même montant qu'en 2018). La GTAA a réduit sa dette brute par passager transporté de 1,6 %, et sa dette nette par passager transporté de 2,1 %, lesquelles sont respectivement passées à 254 $ et à 236 $ par rapport à la même période en 2018.

Le 17 octobre 2019, la GTAA a émis des billets à moyen terme de série 2019-2 d'une valeur de 900 millions de dollars, dont la date d'échéance était le 17 octobre 2039, à un taux de 2,75 %.

En 2019, la GTAA a déclaré un chiffre d'affaires total de 1,5 milliard de dollars, ce qui constitue une augmentation de 49,6 millions de dollars par rapport à 2018. La croissance continue du chiffre d'affaires est attribuable à la croissance du nombre de passagers ainsi qu'à l'augmentation correspondante des revenus commerciaux. En 2019, les revenus commerciaux de la GTAA ont augmenté de 53,6 millions de dollars par rapport à 2018, pour atteindre 555,5 millions de dollars. L'augmentation des revenus commerciaux s'explique par la croissance du nombre de passagers, la publicité et les commandites commerciales, le stationnement et le transport terrestre ainsi que par les revenus de location.

En 2019, les dépenses totales comptabilisées pour la GTAA atteignaient 1,4 milliard de dollars, ce qui constitue une augmentation de 23,5 millions de dollars par rapport à 2018. La hausse des coûts était principalement attribuable à l'augmentation des frais de déneigement causée par des conditions hivernales plus difficiles en 2019, des frais liés aux technologies de l'information, des frais de réparation et d'entretien des bâtiments, de l'effectif pour gérer le flot des passagers et du nombre d'actifs amortissables, compensée en partie par une diminution des coûts des services publics et le remboursement anticipé de la dette en 2018. Les coûts d'exploitation de la GTAA pour soutenir les organismes gouvernementaux en 2019 – d'un montant de 35,3 millions de dollars – ont diminué de 0,9 million de dollars, ou de 2,4 %, par rapport à 2018. Ces frais comprenaient des investissements directs et indirects en appui à l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (« ACSTA »), à l'U.S. Customs and Border Protection (« USCBP ») et à l'Agence des services frontaliers du Canada (« ASFC ») afin d'améliorer les services.

Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (« BAIIA ») a atteint 725,9 millions de dollars en 2019, soit une augmentation de 0,7 % par rapport à 2018.

Concernant le départ à la retraite d'Howard Eng, précédent président et chef de la direction de la GTAA, Deborah Flint a fait la déclaration suivante : « Au nom de toute l'organisation et de l'industrie de l'aviation dans son ensemble, j'aimerais souligner l'incroyable contribution d'Howard Eng, lui qui a encouragé tous les acteurs de l'industrie à penser globalement, mais aussi à relier nos aéroports à leurs régions environnantes. Merci à Howard d'avoir aidé Toronto Pearson à passer à l'échelon supérieur en matière d'excellence. »

À la fin de décembre 2019 et au début de 2020, une épidémie liée à un nouveau coronavirus (« COVID-19 ») a été confirmée dans de nombreux pays du monde et, le 11 mars 2020, elle a été élevée au rang de pandémie par l'Organisation mondiale de la santé. La propagation et la contraction économique qui en est résultée ont eu, et devraient continuer d'avoir, un impact négatif sur la demande de transport aérien à l'échelle mondiale. Toronto Pearson a connu une baisse importante du nombre de passagers et de l'activité aérienne en février et mars 2020, comparativement à la même période en 2019. Cette situation est attribuable aux annulations de vols et d'itinéraires, aux interdictions de vol imposées aux flottes, aux avertissements et restrictions de déplacement et à la contraction économique occasionnée par l'éclosion. La réduction des activités a des répercussions négatives importantes sur les activités de la GTAA et sur les résultats d'exploitation, y compris sur les revenus aéronautiques et commerciaux et les frais d'amélioration aéroportuaire. Outre les répercussions de cette pandémie sur nos revenus et nos activités, il peut y avoir également des perturbations au niveau des chaînes d'approvisionnement et des fournisseurs de services tiers – mais aussi des perturbations potentielles pour notre main-d'œuvre. La pandémie pourrait également avoir une incidence future sur le coût du capital, en raison de la perturbation des marchés du crédit, et faire en sorte que les cotes de crédit liées à notre dette soient sous surveillance ou même déclassées. Nous nous attendons à ce que nombre de nos intervenants et contreparties puissent connaître des difficultés financières – pouvant précipiter des demandes d'allègement contractuel auprès de la GTAA – ou puissent interrompre temporairement ou de façon permanente leurs activités – nuisant potentiellement du coup à nos revenus ou nos opérations.

Compte tenu de l'évolution rapide de la situation, la direction continue d'analyser l'ampleur de l'impact financier qui pourrait s'avérer important, selon la durée de la pandémie. Bien que la durée et la portée de la récente pandémie de coronavirus ne soient pas encore connues, la direction ne croit pas, toutefois, que la situation aura un impact à long terme sur la viabilité financière de l'aéroport, compte tenu de ses liquidités disponibles. De plus, l'entreprise examine les réductions possibles des dépenses d'exploitation et d'immobilisation.

En ce qui concerne la COVID-19 et ses répercussions sur la Société au cours du premier trimestre de 2020, la direction travaille avec diligence pour s'assurer que la GTAA puisse soutenir ses partenaires clés et prendre des mesures pour aider à préserver la sécurité des travailleurs et des passagers de l'aéroport. De plus, la GTAA et le Conseil des aéroports du Canada collaborent activement avec tous les paliers de gouvernement pour discuter d'un soutien financier, mais aussi du rôle essentiel que joue Toronto Pearson dans la chaîne d'approvisionnement au Canada.

Les résultats financiers de la GTAA pour 2019 sont analysés plus en détail dans les états financiers consolidés et le rapport de gestion de la GTAA établis pour les périodes se terminant le 31 décembre 2019 et pour 2018, accessibles au www.torontopearson.com/fr et sur SEDAR à l'adresse www.sedar.com.

La GTAA exploite l'Aéroport international Toronto Pearson.

Bureau des médias de la GTAA : 416 776-3709

Twitter : @TorontoPearson

Partagez cette page